Photographes


american content

Nan Goldin
photographe américaine


Nan Goldin est née en 1953 à Washington. L'œuvre de Nan Goldin est inséparable de sa vie: marquée par le suicide de sa sœur, c'est en photographiant sa famille qu'elle entame son œuvre photographique. Par la suite celle-ci reste très proche de l'album de famille, par sa technique comme par ses sujets..
Nan Goldin grandit dans le Maryland, dans une famille bourgeoise. À quinze ans elle s’initie à la photographie, poussée par un de ses professeurs de la Satya Community School de Boston.

En 1972, elle entre à l’École des Beaux-Arts de Boston où elle rencontre le photographe David Armstrong. Ce dernier devient drag queen, ce qui permet à Nan Goldin de côtoyer ce milieu assez marginalisé; elle le photographiera tout au long de sa vie. À cette époque de sa vie Nan Goldin photographie essentiellement en noir et blanc, puis elle déménage à New York en 1978 et passe du noir et blanc à des couleurs saturées plongées dans une lumière artificielle..
C’est à cette époque que commence à naître l’œuvre qui la rendra célèbre (et qui mit plus de 16 ans a être élaborée), «The Ballad of Sexual Dependancy». Constitué de plus de 800 diapositives projetées en boucle et accompagnées de chansons d’univers et d’inspirations diverses telles que que James Brown, Maria Callas ou encore le Velvet Underground..

Les principaux thèmes évoqués dans son œuvre sont la fête, la drogue, la violence, le sexe et l’angoisse.

Or, d'après elle, ce qui l'intéresse, c'est le comportement physique des gens. Elle traite de la condition humaine, la douleur et la difficulté de survivre..

Nan Goldin n’a pas de tabou, allant même jusqu'à se photographier elle-même quelque temps après avoir été battue par son petit ami de l’époque qui avait manqué de lui faire perdre un œil. Cette fameuse photographie fait elle-même partie de la série intitulée «All By Myself» qui évoque et atteste de son propre délabrement, physique et mental. C’est en étalant publiquement sa vie et son histoire qu’elle réussit à mieux se comprendre elle-même et à s’accepter tout en s’identifiant dans la société..
Nan Goldin est confrontée à cette époque à l’apparition du sida qui décime ses amis proches et ses modèles, qu’elle considérait comme sa propre famille et qu’elle photographia de leur pleine santé à leur cercueil.
Nan Goldin considère, depuis sa jeunesse l’appareil photographique comme médium idéal pour garder des traces de vie permettant ainsi de faire naître une deuxième mémoire.

Elle vit à présent (2007) entre Londres et Paris. Son travail a évolué vers des ambiances moins destructrices et plus tendres que ne l'étaient ses travaux des années 1980.




© Nan Goldin


© Nan Goldin


© Nan Goldin



© Nan Goldin


© Nan Goldin


© Nan Goldin

 


Pour consulter le précédent bulletin ou pour faire part de vos remarques ou envoyer un message .
Pour revenir à la
page principale.


Le texte de cet article est issu de l'encyclopédie libre et collaborative. Wikipedia.
Vous pouvez consulter la dernière version de l'article ici ainsi que la liste des contributeurs
Les textes et les images de l'article Wikipedia sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.
Toutes les photos et les droits associés appartiennent à leur auteur respectif
sur simple demande, elles seront supprimées de ce site

 

Créé le 15 décembre 2007
© Pierre J.