Les boîtiers numériques DCS Kodak sur base Nikon


american content

1991 Kodak DCS 100

1992 Kodak DCS 200

1992 Kodak DCS 200
HS Target Camera

1992 Kodak DCS 2000
Kodak DCS 2000 E

1994 Kodak DCS 420

1994 Kodak DCS 460



1996 Kodak DCS 410

1996 Kodak DCS 425c/425ir
1997 Kodak DCS 435

1998 Kodak DCS 315

1998 Kodak DCS 330

1999 Kodak DCS 620

1999 Kodak DCS 660

2001 Kodak DCS 720x

2001 Kodak DCS 760

2003 Kodak DCS 760M

2002 Kodak DCS 14n

2004 Kodak DCS SLR/n

 

le premier appareil de prise de vue fixe au Monde
Le premier appareil de prise de vue fixe au Monde

En 1975, Steve Sasson, un ingénieur de Kodak invente le premier appareil de prise de vue numérique avec un capteur CCD Fairchild de 100 x 100 pixels, une alimentation de 16 batteries, une cassette audio pour l'enregistrement des images.
Les images sur cassettes sont relues via un micro-ordinateur et affichées sur un écran de télévision .

Dans les années suivantes, Kodak a été un pionnier dans la fabrication et commercialisation des appareils reflex numériques et a lancé, depuis 1991, de nombreux modèles dénommés Kodak Professional DCS. Ces appareils sont construit à partir de capteurs CCD ou CMOS développés par Kodak sur la base de boîtiers Canon ou Nikon. Ces boîtiers Nikon ont été successivement été des F3, F801, F90 et F90x puis F5 et enfin une évolution du F80-F100.

Le 31 mai 2005, Kodak confirme que les DCS Pro SLR/n et DCS Pro SLR/c digital SLRs sont discontinués et ne sont plus fabriqués.

En 2012 Kodak, fondé par Georges Eastman en 1892, fait faillite et en juillet 2015 l'immeuble historique, vieux de 92 ans du 53 Eastman Business Park à Rochester est dynamité.

Pour consulter l'histoire des Kodak Professional DCS.








dos numérique du prototype Hawkeye II

dos numérique du prototype Hawkeye II











verre de visée du Hawkeye II

verre de visée du Hawkeye II

Kodak DCS 100

Kodak DCS 100

A partir de 1987, Kodak a développé le premier CCD, le M1. Il a été développé sur le prototype EO construit sur la base d'un Canon New F1 puis sur les boîtiers IRIS et Hawkeye II construits sur la base du Nikon F3HP.
Le Kodak Hawkeye II a été utilisé par la NASA.

Kodak a lancé en 1991 son premier système numérique le DCS (Digital Camera System), appelé ultérieurement le DCS 100. Il est basé sur le boîtier Nikon F3 avec un verre de visée et un moteur spécifique. Ce dernier peut aller jusqu'à 2,5 images/sec.
Le verre de visée indique le cadre du CCD 16 x 21 mm et marque en grisé les zones alentour. Ce dispositif réduit l'image dans le viseur mais permet d'anticiper sur ce qui va entrer ou sortir du cadre.
La sensibilité relative du DCS 100 est de 100 ISO.
Le capteur CCD à l'intérieur du DCS 100 est un capteur de 1, 3 Meg soit 1024 x 1280 pixels sur une surface qui mesure 20.5 x 16.4mm. Pour obtenir la focale équivalente en 24x36, il faut diviser la focale par 1,8. Un 28 mm avec le DCS 100 est ainsi équivalent à un 50 mm en 24x36.

Les images sont stockés dans une DSU (Digital Storage Unit), cette unité 5 kg est reliée par un câble de 2 mètres au DCS 100. La DSU contient 200 Meg soit de 150 à 600 photos ainsi qu'un écran de contrôle monochrome de 10 cm (4"), une interface SCSI, un clavier optionnel, une alimentation 12 volts et pesait 5 kg..
Une version couleur (DC 3) et une version noir et blanc (DM 3) du DCS 100 étaient disponibles. Le prix de vente initial était de 150 000 FF.

Le DCS 200, en vente de 1992 à 1994 est basé sur un Nikon F801s (N8008s aux EUA). C'est un ensemble monobloc sans câble de 1,7 kg Le boîtier F801s est complété d'une haute semelle, développé par Kodak. Cette architecture : boîtier plus base sera utilisée dans tous les boîtiers DCS suivants. Le cœur du DCS 200 est un nouveau capteur CCD de 1,54 Meg, soit 1524 x 1012 pixels sur 8 bits pour une surface de 14 x 9.3mm. Le capteur CCD du DCS 200 est plus performant et plus petit que celui du DCS 100. L'aspect de l'image du DCS 200 se rapproche de celui du film 24x36 et pour obtenir la focale équivalente en 24x36, il faut multiplier la focale par 2,5. Un 28 mm avec le DCS 200 est ainsi équivalent à un 70 mm en 24x36.

Il existe six variantes du DCS200 : le DCS 200 ci (couleur et disque dur intégré), le DCS 200 c (couleur sans disque dur interne), le DCS 200 mi (noir et blanc et disque dur intégré), le DCS 200 m (noir et blanc sans disque dur interne), le DCS 200 IR (infrarouge vendu $16,000, 50 exemplaires environ produits) et le 'Wheelcam' (couleur à partir d'une triple exposition vert, rouge et bleu).

Le disque dur interne non amovible de 80 Meg peut stocker une cinquantaine de photos, chaque photo faisant 4,5 Meg. Pour visualiser les photos prises, il est nécessaire de décharger le contenu du disque dur sur un micro-ordinateur via l'interface SCSI intégrée. Le DCS 200 ne comporte pas d'écran intégré. Il est possible de prendre une photo toutes les 2,5 secondes. Les batteries permettent de prendre une centaine de photo.
Le prix de vente initial était de 70 000 FF.

capteur 1.54 megapixel du DCS 200

DCS 4xx taille image

En 1992, le DCS 200 High Speed Target Camera est une septième variante spéciale du DCS 200 et sans doute le premier appareil numérique au monde sans miroir et à objectifs interchangeables.



DCS 200 High Speed Target Camera
(c) Ron Volmershausen

Le Kodak DCS-200 haute vitesse cible est spécialement conçu pour le parc à Thèmes Disney.
L'appareil est équipé d'un obturateur haute fiabilité, L’exposition étant assurée par le flash, Le temps d’obturation n’est pas très important. Ces caméras sont installés dans les manèges du parc à thème. Il doivent prendre des photos de personnes au point critique quand la voiture tombe. Ils sont fixés et supposés durer très très longtemps sans défaillance. Ils tirent littéralement des douzaines de photos par jour. Les images sont ensuite été transférés à la boutique de cadeaux ou les photos sont affichées sur les moniteurs et les visiteurs peuvent acheter une copie thermique de leur trajet.
La première attraction d’un parc à thème à recevoir un tel appareil est le Splash Mountain Disneyworld, en Floride. On ne sait pas combien d’appareils ont été construits et vendus et si à d'autres qu’à Disneyworld. Ils ont été produits vraisemblablement entre 1992 et 1994.

images (c) Ron Volmershausen; texte de Jim McGarvey et Digicam Museum.



dos du DCS 200 High Speed Target Camera
(c) Ron Volmershausen

 


DCS 2000 (NC2000)

En 1994 Kodak développe en exclusivité pour Associated Press le "Associated Press News Camera", appelé DCS 2000 ou NC 2000 aux EUA. Cet appareil utilise le même capteur que le DCS 100 mais avec les méthodes de correction de couleur du DCS 220. Il est basé sur un boîtier Nikon F90 (N90 aux EAU) avec un coefficient de correction de 1,65. Il peut stocker les images sur disque dur ou carte PCCard Type III et peut prendre 6 images à 2,5 vues par secondes.

Il existe une autre variante du DCS2000 : le NC 2000 E qui est basé sur un Nikon F90X (N90s aux EUA) avec un coefficient de correction de 2,5 et qui possède une connexion SCSI mais le même capteur que le DCS 100 (1268x1012 Pix, 21x16 mm, 1,3 Mpix CCD).

 

Le DCS 420 a remplacé le DCS 200 en 1994. Il comporte la même architecture monobloc et est basé sur un Nikon F90X
(N90s aux EUA). Il possède également le même capteur que le DCS 200.
Les images sont enregistrées sur une carte PCCard (appelée aussi carte PCMCIA) qui se place sur le coté du boîtier.

La carte standard interchangeable a une capacité de 105 Meg et peut stocker 64 images, elle peut être remplacée par des cartes de capacité plus importante 130 Meg ou plus. Ceci constitue un progrès notable par rapport au DCS 200.
La mémoire interne de 8Mb permet à l'appareil de prendre cinq images en 2.25 secondes avant l'enregistrement sur la PCCard. Il est possible d'enregistrer une annotation avec les photos.


le capteur CCD 1,54 Megapixels
du DCS 420

Il existe trois versions du DCS420 : le DCS 420 c (couleur), le DCS 420 m (noir et blanc), le DCS 420 ir (infra rouge).Le prix de vente initial du DCS 420 était de 80 000 FF.

En 1995, le DCS 460 reprend le même design que le DCS 420 mais intègre un capteur de 6 millions de pixels, un record encore aujourd'hui. Ce capteur de 2036 x3060 pixels soit un total de 6,230,160 pixels est le record. La surface est de 28mm sur 19 mm ce qui implique que pour obtenir la focale équivalente en 24x36, il faut diviser la focale par 1,28. C'est le premier appareil permettant l'utilisation de fish-eye et de grand angle. Les images font 18 Megs et sont codées sur 12 bits.

Il peut prendre 2 images toutes les 8 secondes.
Il existe trois versions du DCS460 : le DCS 460 c (couleur), le DCS 460 m (noir et blanc), le DCS 460 ir (infra rouge).
Le prix de vente initial du DCS 460 était de 250 000 FF.


le capteur CCD 6 Megapixels
du DCS 460

 A noter que Kodak a développé un modèle sur base Canon EOS1 équivalent au DCS 460 : l'EOS-DCS 1.

 


US Navy SEAL avec un Kodak DCS 425 photo par Ted Banks.


En 1996, Kodak réalise pour les commandos de l'US NAVY, les SEALS, quelques DCS basés sur le reflex sous-marin de Nikon, le Nikonos RS.

Le Nikonos RS, fabriqué de 1992 à 1997, a été le premier et unique appareil reflex TTL autofocus sous-marin pouvant aller jusqu'à 100 mètres de profondeur. Il recevait des objectifs sous-marin à baïonnette spéciale R dont le premier zoom sous-marin unique 20~35mm/f2.8.

Les DCS 425 sont des Nikonos RS avec un dos contenant un capteur CCD M5 de 1,54 Megapixel et un stockage sur carte PCCARD, Le tout est issu du DCS 420 et alimenté par deux batteries Duracell 223 6V Lithium.
Comme pour le DCS 420, il existe deux modèles de DCS 425, le 425c couleur et le 425ir avec un capteur infrarouge.

Le modèle DCS 435 possède lui un capteur CCD M3 de 1,2 Megapixel mais une sensibilité de 200 à 1000 ISO.
Ces appareils produits à moins de 100 exemplaires et inconnus jusqu'en 2005 sont très recherchés par les collectionneurs.

Le DCS 410 est repérable par son sigle Kodak rouge sur sa poignée. Il a été commercialisé de 1996 à 1998. Il possède un capteur de 1.5 millions de pixels (1012 x 1524) et fonctionne image par image. Il existe uniquement en version couleur.

En 1998, Kodak présente de nouveaux appareils DCS dont le DCS 315 qui a été conçu sur une base de Nikon Pronea 600i (6i aux USA).
Cet appareil possède un capteur de 1,5 Million de pixels, stocke ses images sur une PCCard.
Il remplace le DCS 410.
Il peut prendre 2 vues/secondes pendant 3 images et ce toutes les 11 secondes.
Il est plus compact que ces prédécesseurs, ne pèse que 1,8 kg et ne coûte que 36000 F H.T.

Le format APS plus petit que le 24x36 permet un coefficient de correction de 1,7 avec le même capteur que celui du 420 (1,5 Meg soit 1012 x 1524 pixels). Il contient un processeur Motorola 821 PowerPC pour gérer les opérations de transfert et de stockage. Les images font 4,5 Meg. Le dos de l'appareil comporte un écran couleur de 4,5 cm et un flash intégré. Le stockage s'effectue sur carte PCCard. Le DCS 315 comporte une sortie FireWire (IEEE 1394) et permet 2 images par seconde pendant 3 images.

Sorti en 1998, le DCS 330, basé lui aussi sur le Nikon Pronea 600i, a pour cœur un nouveau capteur CCD de 3 million de pixels (2008 x 1504 pixels). Le DCS 330 a une vitesse de synchronisation flash de 1/180s. Le coefficient de correction est de 1,9.

Les DCS 620 et DCS 660 sont sortis en 1999 et sont basés sur le Nikon F5. La base du F5 a été légèrement surélevée pour contenir l'électronique. Le DCS 620 possède un capteur CCD de 2 millions de pixels, une support pour cartes PCCard (PCMCIA) Type II, III, une batterie avec une autonomie de 300 images, un écran couleur (1.8-inch) de contrôle intégré au dos, une interface IEEE 1394.
En 2000, Une nouvelle version du DCS 620, le DCS 620x , autorise une capture d'image avec une sensibilité équivalent à un film de 400 à 6400 ISO. Il a aussi une plus grande saturation des couleurs, une transmission directe par téléphone cellulaire en option, un viseur pleine image réelle "WYSIWYG" et un microphone interne pour de courts commentaires. Les autres caractéristiques sont identiques à celles du DCS 620.

Le DCS 660 est identique au DCS 330 mais comporte, lui, un capteur CCD de 6 millions de pixels.
 A noter que Kodak a développé des modèles sur base Canon EOS1 équivalents aux DCS 620 et 660 : le DCS 520 et 560.

Présenté en 2001, le Kodak DCS 760 (cliquez sur l'appareil pour plus d'info) est la version actualisée du DCS 660. Il possède le même boîtier, un nouveau capteur Kodak de 6.3 millions de pixels (images 2.008 x 3.032 pixels) et une mémoire interne de 128 Meg, ce qui permet une cadence de 1,5 images/seconde sur des rafales de 24 vues consécutives.
Ce capteur KAF-6303CE mesure 27.65 x 18.48 mm et chaque pixel a une taille de 9 x 9 µm.
Attendu en septembre 2001, le DCS 720x est le rival du nouveau Nikon D1H. Il est construit sur la même architecture que le DCS 760, sur une base de F5. Il a un capteur CCD de 2 millions de pixels (image de 1728 x 1152 pixels) et sa mémoire interne de 128 Meg autorise les photos d’actions avec une cadence de 4.3 vues par seconde pendant plus de 25 images. L’interface IEE 1394 interface permet un transfert de données à 400 Mbs.

Pour plus d'info sur le Kodak DCS 760


©Eastman Kodak Company, 2001

A la PMA 2002, Kodak a présenté un nouveau boîtier le DCS 760M qui est conçu pour délivrer uniquement des images noir & blanc.
Le DCS 760M peut atteindre 1,5 vues par secondes sur 24 vues consécutives.
Ce boîtier autorise des publications pleine page ou des tirages 16 x 20-inch ou plus. Les images sont analysées sur 12-bit et enregistrées en format TIFF sur des fichiers de 18 MB avec une définition meilleure que celle obtenue à partir d'un boîtier couleur.
Ce boîtier est basé sur le Nikon F5 comme tous les DCS de la série 760.



Kodak a annoncé à la Photokina 2002 le DCS 14n un nouveau boîtier conçu et développé par Kodak avec un capteur de 13.89 CMOS de surface 24 x 36 mm (comme le Canon 1DS). Le boîtier est en alliage de magnésium et rappelle le F80 mais possède l’électronique du F100/F80. Il est plus petit que les précédents boîtiers DCS.
Cet appareil a une batterie Ion-Lithium, Un stockage sur carte Compact Flash (I ou II) ou SD/MMC, il dispose, en plus du mode RAW et JPEG, d’un nouveau format de compression dynamique d’image JPEG-ERI et Megapixels. Cet appareil a aussi un buffer upgradable et un capteur a même un indicateur d’orientation d’image : vertical ou horizontal.
Cet appareil devrait être disponible en décembre 2002 au prix public de 5000 €.


A la PMA 2004, Kodak a présenté le DCS SLR/n. Il est basé sur le DCS 14n (c'est à dire sur le Nikon F80 pour l'intérieur et le capot supérieur) mais offre de nombreuses améliorations incluant un capteur revu. Le DCS SLR/c est bâti sur un boîtier SIGMA et constitue une alternative pour les possesseurs d'objectifs Canon EOS.
Ce capteur est un CMOS plein format 24x36 de 14 megapixels (4,536 x 3,024 pixels) avec un nouveau type de filtre sur sa surface.
Le boîtier possède une sensibilité réglable de 6 à 1600 ISO et un buffer de 512 Meg qui permet une mémoire tampon de 19 images en mode RAW.
Les propriétaires de DCS 14n peuvent faire changer en atelier par Kodak de nombreux composants pour transformer leur 14n en DCS 14nx (pratiquement identique au SLR/n).


pierre j.


Pour consulter le précédent bulletin ou pour faire part de vos remarques ou envoyer un message .
Pour revenir à la
page principale.


Les textes de cette page n'engagent que leur auteur et en aucun cas Nikon Corporation
Canon, Kodak et Nikon sont des marques déposées.
DCS, Nikkor sont des produits des marques pré-citées.

Créé le 12 novembre 1999, Mis à jour le 6 avril 2017
v 3.x © Pierre J.