Les boîtiers reflex numériques Nikon


american content



Les boîtiers numériques Nikon


D850

Nikon D850

Le Nikon D850, présenté en août 2017, remplace le D810.
Ce nouvel appareil photo est un mini-D5 et possède un nouveau capteur 45.75 millions de pixels BSI CMOS FX plein format sans filtre passe-bas.
Il hérite du D5 un processor d'image de 180,000 RGB avec une meilleure détection des visages et une reconnaissance de scène améliorée, un AF de 153 points avec une couverture améliorée de 30% par rapport au D5 avec les collimateurs centraux a -4EV, et les autres à -3EV.
Il a une plage ISO de 64 à 25600 ISO extensible de 32 à 108 400 ISO, des modes vidéo : timelapse 8K, 4K UDH video avec stabilisation électronique et enregistrement plein format FX avec un buffer de 51 en mode RAW 14-bit, un mode video "slow-motion" et un mode digitalisation de négatifs.
Il a un écran de 8 cm (3.2’) de 2,36 million de points, orientable et tactile avec contrôle gestuel amélioré. un mode rafale continue de 7 vps, 6 fps avec l'autofocus et 9 vps avec le grip additionnel et 30 vps à 8 MP avec l'obturateur électronique. Les images RAW peuvent avoir des résolutions petite, moyenne ou grande. Il est alimenté par une batterie EN-EL15a.
Il a aussi un viseur optique avec un grossissement de 0.75x, le plus élevé pour un reflex numérique plein format, des boutons rétro-éclairés et un emplacement de cartes double SD UHS-II et XQD mais n'a pas de flash intégré, contrairement au Nikon D810.

Le Nikon D850 sera disponible en noir pour 3799 € (Septembre 2017).


D7500

Nikon D7500

Le Nikon D7500, annoncé en avril 2017 remplace le D7200 sorti il y 2 ans.
Il a le même capteur APS-C (DX) Nikon CMOS 20,9 millions de pixels que le D500, un flash intégré, un viseur optique avec couverture de l’image de 100 %, un boitier résistant anti-ruissellement et anti-poussière amélioré avec des parties en magnésium, un processeur d'image EXPEED 5, une plage ISO de 100 à 51200 ISO extensible à 1.64 million ISO, un mode de prise de vue en rafale à 8 vps sur 50 images Raw ou 100 images Jpeg fine, une fonction de recadrage 1,5x, un unique logement pour une carte mémoire SD UHS-I, un capteur de mesure RVB 180 000 photosites, un système AF Multi-CAM 3500DX à 51 collimateurs, dont 15 en croix et le central fonctionnel à f/8, la fonction SnapBridge qui utilise la technologie Bluetooth® low energy et Wi-Fi® pour assurer une connexion constante entre le D7500 et un smartphone ou une tablette, une fonction vidéo 4K/UHD au format 30p ou Full HD (1080p), un écran arrière LCD 8 cm ou 3.2" (922 000 points) orientable et tactile mais ni NFC, ni couplage Ai, ni poignée additionnelle. Il est alimenté par une batterie EN-EL15a 15% plus puissante que la EN-EL15 qui permet 950 vues.

Le D7500 est disponible au prix de 1549 € boîtier nu ou 2150 € en kit avec le zoom 18-140mm F3.5-5.6G ED VR (avril 2017).

D5600

Nikon D5600

Le Nikon D5600, présenté en octobre 2016, remplace le D5500 sorti il y dix-huit mois.
Ce nouvel appareil photo conserve une structure en fibre de carbone résistante aux chocs, le même capteur 24,1 millions de pixels CMOS au format DX d'origine Sony sans filtre passe-bas, un flash intégré, le processeur d'image EXPEED 4, la plage ISO de 100 à 12800 ISO extensible à 25 600, le mode de prise de vue à 5 images par seconde, le système AF à détection de phase à 39 collimateurs dont 9 en croix dans la zone centrale, le slot unique pour carte mémoire SD, le mode vidéo Full HD mode vidéo 1920x1080/60P avec autofocus continu, les modules WiFi et GPS intégrés et l'alimentation par une batterie rechargeable EN-EL14a.
Les différences par rapport au D5500 sont : l'ajout de la fonction SnapBridge qui utilise la technologie Bluetooth® low energy pour assurer une connexion constante entre le D5600 et un smartphone ou une tablette, l'activation des ISO automatique par la touche Fn, La prise en charge des vidéos time lapse et la possibilité de balayer les images en mode lecture par l'écran tactile.

Le Nikon D5600 est disponible en noir au prix de 899 € en kit avec le zoom 18-55 mm ou 799 € boîtier nu (novembre 2016).

D3400

Nikon D3400

Le Nikon D3400, présenté en août 2016, remplace le D3300 sorti il y a plus de deux ans.
Ce nouvel appareil photo, évolution du précédent, conserve un capteur 24,2 millions de pixels CMOS au format DX sans filtre passe-bas optique, un processeur d'image Expeed 4, un mode de prise de vue à 5 images par seconde, un slot unique pour carte mémoire SD, un système AF 11 points, un mode vidéo Full HD mode vidéo 1920x1080/60P avec autofocus continu.
Il améliore les points suivants : l'écran arrière de 7,5 cm de 921 000 pixels, la plage ISO de 100 à 25600 ISO. Comparé au D3300, le nombre guide du flash intégré chute de 12 à 8 (pour 100 ISO) mais le D3400 a une autonomie annoncée qui passe de 700 à 1200 vues par charge avec la même batterie rechargeable EN-EL14a. Il perd aussi le système intégré de nettoyage du capteur du D3300.
Le D3400 possède surtout la fonction SnapBridge qui utilise la technologie Bluetooth® low energy pour assurer une connexion constante entre le D3400 et un smartphone ou une tablette mais n'a pas de WiFi. Il a également un mode Menu amélioré.

Le Nikon D3400 est disponible en noir ou rouge au prix de 499 € boîtier seul, un kit avec l’AF-P 18-55 mm f/3,5-5,6 VR est aussi proposé (Septembre 2016).

D5

Nikon D5




D500

Nikon D500

Le Nikon D5, annoncé en janvier 2016 remplace le D4s.
Il a un nouveau capteur plein format Nikon CMOS 20,8 millions de pixels (5 568 x 3 712 pixels): un capteur CMOS Toshiba (Sony) T4K54, un mode d'enregistrement de vidéos en 4K (3 840 x 2 160 px) 30p/25p/24p dans la limite de 6 minutes maximum, un nouveau module AF Nikon MultiCam 20k qui comporte 153 collimateurs AF dont 55 en croix et sensible à -4 IL, et un capteur de mesure de lumière RGB d’une définition de 180 000 pixels.
Le nouveau processus d'images Expeed 5 regroupe un processeur, un système d’exploitation embarqué et un système de traitement d’images. Il a un écran arrière tactile de 8 cm de 2 359 000 pixels au standard XGA 400, un nouveau système de miroirs “stable” qui permet une cadence maximale de 12 im/sec avec AF continu et 14 im/sec. avec miroir relevé.
Le Nikon D5 offre surtout une plage de sensibilité de 100 à 102.400 ISO, qui peut être étendue à 3 280 000 ISO (Hi5). Il intègre le logiciel maison "Snapbridge" capable de partager des images avec des smartphones et d'autres appareils, et dans le Cloud.
La version Nikon D5-a dispose de deux emplacements pour cartes XQD capable de stocker 200 RAW 14 bits en rafale et la version Nikon D5-b remplace les cartes XQD par deux cartes CF limitées à 82 RAW 14 bits en rafale.
Il est alimenté par la même batterie EN-EL18a que le Nikon D4 mais avec une autonomie accrue. Il peut recevoir un nouveau transmetteur WiFi Nikon WT-6.

Le D5 est disponible au prix de 7000 € boîtier nu (mars 2016).

Pour le 100ème anniversaire de la société Nikon, une version spéciale du D5 gris titanium a été produite avec un logo spécial en édition limitée.

Le Nikon D500, présenté en même temps que le D5, est dédié aux amateurs experts et remplace le D300s sorti en 2009.
Il a un capteur Nikon CMOS APS-C de 20,9 millions de pixels (Sony IMX321), une sensibilité de 100 à 51 200 ISO qui peut être étendue à 1 640 000 (Hi5). Il peut prendre des photos jusqu'à 10 images par seconde, sur 200 vues en JPG ou RAW.
Comme le D5, le D500 a un processeur d'images Expeed 5, est capable de filmer en Full HD (60/50/30/25/24p) ou en 4K UH (3 840 x 2 160 px en 30/25/24p) sans limite de temps. Il a le module AF Multi-CAM 20K (153 collimateurs), le même écran arrière tactile de 8 cm de 2 359 000 points mais qui est de plus orientable, un viseur couvrant 100% de l'image, le nouveau logiciel "Snapbridge" et le nouveau système de miroirs “stable”, un boitier résistant anti-ruissellement et anti-poussière avec des parties en magnésium mais pas de flash intégré.
Il a un double emplacement de cartes XQD/SD, l'USB 3.0, une prise HDMI, des prises casque et micro, Wi-Fi, Bluetooth et NFC. Le connecteur 10 broches accepte le module WiFi WR-10/WR-1 ou GPS GP-1/GP-1A. Il est alimenté par une batterie EN-EL15.

Il est proposé à 2300 € boîtier nu (mars 2016).

Pour le 100ème anniversaire de la société Nikon, une version spéciale du D500 gris titanium a été produite avec un logo spécial en édition limitée.

D7200

Nikon D7200

Le Nikon D7200, présenté en mars 2015, remplace le D7100 sorti il y 2 ans.
Cet appareil photo a un capteur CMOS 24,1 millions de pixels au format DX d'origine Toshiba sans filtre passe-bas optique, un flash intégré, un viseur couvrant 100% de l'image, un boitier résistant anti-ruissellement et anti-poussière avec des parties en magnésium, un processeur d'image EXPEED 4, une plage ISO de 100 à 12800 ISO extensible à 25600 ISO ou 102400 ISO en mode monochrome, un mode de prise de vue en rafale à 6 vps, une fonction de recadrage 1,3x, un double logement pour cartes mémoire UHS-II SD, un système AF Multi-CAM 3500DX à 51 collimateurs, dont 15 en croix et le central fonctionnel à f/8, une fonction vidéo Full HD (1920 x 1080) avec mise au point continue et une sortie HDMI non compressée, un écran LCD 8 cm ou 3.2" (1229000 points), un module Wi-Fi®1 et Near Field Communication (NFC2) intégré et il est alimenté par une batterie EN-EL15 qui permet 1110 vues et accepte aussi la poignée optionnelle MB-D15.

Le Nikon D7200 est disponible en noir au prix de 1399 € en kit avec le 18-105 mm, 1499 € en kit avec le 18-140 mm ou 1200 € boîtier nu (mars 2015).

Nikon D810a

Nikon D810a

Nikon D810a monté sur un télescope.


Nikon D810a monté sur un télescope.

Le Nikon 810a, présenté en février 2015 au CP+ est une version spéciale du D810, Le Nikon D810a est un appareil photo reflex numérique de format FX conçu exclusivement pour l'astrophotographie à grande échelle Il a le même capteur de 36,3 millions de pixels et les caractéristiques du Nikon D810 mais le filtre optique sur la surface avant du capteur d'image est capable de transmettre quatre fois plus de lumière H-alpha que le D810. Le D810a comprend l'ajout d'un mode manuel de longue exposition (M*) qui prend en charge des temps d'exposition jusqu'à 900 s, et une fonction de prévisualisation en direct qui permet une mise au point et un cadrage plus facile avec l'affichage d'un aperçu à une vitesse d'obturation de 30 s lorsqu'un temps d'exposition plus long que 30s est utilisé.

Le Nikon D810a est disponible pour 3700 € boîtier nu (février 2015).

D5500

Nikon D5500

Le Nikon D5500, présenté en janvier au CES 2015, remplace le D5300 sorti il y seize mois.
Ce nouvel appareil photo conserve une structure en fibre de carbone résistante aux chocs, le même capteur 24,1 millions de pixels CMOS au format DX d'origine Sony sans filtre passe-bas, un flash intégré, le processeur d'image EXPEED 4, la plage ISO de 100 à 12800 ISO extensible à 25 600, le mode de prise de vue à 5 images par seconde, le système AF à détection de phase à 39 collimateurs dont 9 en croix dans la zone centrale, le slot unique pour carte mémoire SD, le mode vidéo Full HD mode vidéo 1920x1080/60P avec autofocus continu, les modules WiFi et GPS intégrés et l'alimentation par une batterie rechargeable EN-EL14a.
La différence principale par rapport au D5300 concerne l'écran arrière orientable de 8,1cm (1037000 pixels) qui devient aussi tactile.

Le Nikon D5500 est disponible en noir au prix de 899 € en kit avec le zoom 18-55 mm ou 799 € boîtier nu (janvier 2015).



Nikon D750

Nikon D750


Nikon D750 et son dos articulé


Nikon D750 et son dos articulé

Le Nikon D750, présenté pour la Photokina 2014 est un nouveau boîtier est le vrai successeur du D700.
Il se situe entre le D610 et le 810. Il est plus compact et léger que le D610 et possède un nouveau capteur CMOS full format (FX) de 24,3 millions de pixels (6016 x 4016 pixels) d'origine Sony et hérite du second, un processeur Expeed 4, un module AF amélioré, le Multi-CAM 3500 II, sensible jusqu'à -3 IL, avec 51 collimateurs dont 15 en croix et 11 compatibles f/8 et un capteur RGBB de 91 000 pixels.

La face avant du D750 est en fibre de carbone et le châssis en magnésium. C'est le premier reflex Nikon plein format à avoir un écran inclinable mais pas tactile LCD 8 cm (3,2") de 1 229 000 points qui s’ouvre et pivote jusqu’à 90° vers le haut et 75° vers le bas, un Wi-Fi embarqué, intégré dans le bosselage du flash intégré, mais il n'a pas de GPS intégré.
Il dispose d'un mode rafale à 6,5 vues par seconde, d'une vidéo Full HD en 60p, 50p, 30p, 25p et 24p au format MOV et la possibilité de filmer au format FX ou DX, d'une sensibilité ISO de 100 à 12 800 ISO (extensible de 64 à 51 200 ISO). Il est alimenté par une batterie EN-EL15.

Il est proposé au prix de 2199 € boîtier seul (septembre 2014).


D810

Nikon D810

Le Nikon D810, annoncé en juin 2014 remplace le D800 et D800E dont il conserve le même design et de nombreuses spécifications ; Parmi les améliorations :

  • un nouveau capteur Plein Format CMOS FX de 36,3 millions de pixels d'origine Sony sans filtre optique passe-bas,
  • une cadence de 5 images par seconde avec AF ou 7 images par seconde en mode de recadrage DX à 15,3 millions de pixels,
  • une prise de vue en rafale illimitée,
  • une plage de sensibilité de 64-12 800 ISO (extensible de 32 à 51 200 ISO),
  • un mode d’exposition multizone supplémentaire,
  • un mode vidéo Full HD en 24p, 25p, 30p et 60p et un microphone stéréo intégré
  • un accès pendant l’enregistrement vidéo à la plage complète des sensibilités (à partir de 32 ISO), à la vitesse d’obturation, à l’ouverture et aux contrôles audio,
  • un obturateur mécanique bien moins bruyant avec mode "Quiet" et ajout d'un obturateur électronique 100% silencieux,
  • 51 points AF avec la nouvelle zone de groupe AF, un processeur d'image EXPEED 4a et une option RAW taille S issus du D4S,
  • un écran arrière de 8cm monte à 1 229 000 points,
Les autres caractéristiques sont celles du D800.
Il est proposé au prix de 3199 € (juin 2014) boîtier nu.



D4s

Nikon D4s



Le Nikon D4s, annoncé en février 2014 après les jeux olympiques d'hiver de Sotchi 2014, remplace le D4 dont il conserve le même design.
Parmi les améliorations : un nouveau capteur Nikon Plein Format CMOS FX de 16,2 millions de pixels avec une cadence de 11 images par seconde avec AF, une plage de sensibilité de 100-25 800 ISO (extensible jusqu'à 409 600 ISO), un processeur d'image EXPEED 4, une partie vidéo améliorée : 1080p/50/60 avec une sortie non compressée à travers le port HDMI, une prise Gigabit Ethernet intégrée de 100/1000TX, une nouvelle option RAW taille S, une nouvelle batterie EN-EL18a et un nouveau mode AF groupé.
Il conserve la possibilité de personnaliser deux boutons en face du boîtier pour régler l'ouverture pendant l'enregistrement vidéo, un double emplacement de carte : CF et XQD (ce dernier très confidentiel). Il a un capteur de 91,000 pixel pour l'exposition, la balance des blancs, l'exposition flash, la reconnaissance des visages et le D-lighting,
Le D4s reste compatible avec le module optionnel GPS et l'émetteur WiFi Nikon WT-5 et a aussi un autofocus étendu à 51 points avec une détection AF va jusqu'à EV-2.0
Il est proposé au prix de 6000 € (février 2014) boîtier nu.


D3300

Nikon D3300


Le Nikon D3300, présenté en février 2014 remplace le D3200 sorti il y a un an et demi.
Ce nouvel appareil photo dispose d'un nouveau capteur 24,1 millions de pixels CMOS au format DX sans filtre passe-bas sans doute produit par Sony, ainsi que d'un processeur d'image EXPEED 4, un flash intégré, d'une plage ISO de 100 à 12800 ISO extensible à 25 600, d'un mode de prise de vue à 5 images par seconde, d'un slot unique pour carte mémoire SD, d'un système AF 11 points, du mode vidéo Full HD mode vidéo 1920x1080/60P avec autofocus continu. Il a un écran arrière de 7 cm (921 000 points) et est alimenté par une batterie rechargeable EN-EL14a. Il peut également recevoir des modules optionnels WiFi (WU-1A) ou GPS.
Nikon présente également un nouvel objectif rétractable Nikon AF-S NIKKOR 18-55mm f/3.5-5.6G DX VRII avec 11 éléments en 8 groupes et une lentille asphérique. Cet objectif est 30% plus petit et 20% plus léger que le 18-55 existant et sera vendu seul à 220 €.
Le Nikon D3300 est disponible en gris, noir ou rouge au prix de 620 € en kit avec le nouveau 18-55 mm zoom (Février 2014).





Nikon Df avec l'AFG 50mm/f1,8 spéciale édition

Nikon Df avec l'AFG 50mm/f1,8 spéciale édition


Nikon Df avec l'AFG 50mm/f1,8 spéciale édition vu de dessus

Nikon Df avec l'AFG 50mm/f1,8 spéciale édition vu de dessus

Le Nikon Df, présenté en novembre 2013 est un nouveau boîtier, surfant sur la vague des appareils rétro.
Il a un design inspiré de l'ancien appareil photo argentique Nikon FM et le même capteur Nikon CMOS plein format que le D4 de 16,2 mégapixels effectifs. C'est le plus mince et le plus léger (710g) des reflex FX Nikon avec des molettes mécaniques dédiées à la vitesse d'obturation, à la sensibilité ISO, à la correction d'exposition et aux modes de déclenchement. Il accepte tous les objectifs Nikon depuis 1959 y compris les objectifs non AI grace à un ergot de couplage rétractable.
Il dispose d'un processeur d'image EXPEED3, de modes HDR et D-Lighting, d'un mode rafale à 5,5 vues par seconde, d'un écran LCD 8cm (3,2") de 921.000 points, d'une sensibilité ISO extensible jusqu'à 204 000 ISO, d'un suivi autofocus 3D avec 39 points et 9 zone type croix de haute précision et peut prendre 1400 photo avec une charge de la batterie lithium-Ion EN-EL14a. Il n'a ni vidéo, ni flash intégré.
Il est proposé au prix de 2600 € boîtier seul et 2900 € en kit avec l'AFG 50mm/f1,8 spéciale édition (novembre 2013).



D610

Nikon D610



D5300 avec zoom 18-140 mm

Nikon D5300 avec zoom 18-140 mm


Le Nikon D5300, annoncé en octobre 2013 est l'évolution du 5200. C'est le premier reflex Nikon avec une structure monocoque en polymère à renfort fibre de carbone.
Comme le 5200, il a un capteur CMOS 24,2 millions de pixels au format DX d'origine Toshiba sans filtre AA, un flash intégré, un mode d'enregistrement de vidéos en Full HD 1080p30 avec autofocus actif jusqu’à 60 images par secondes, des entrées micro stéréo et HDMI, une sensibilité de 100 à 6400 ISO (extensible jusqu'à l'équivalent de 25 600 ISO), des modes scènes et effets spéciaux, un système autofocus 39 points et un capteur RVB de 2016 photosites et une batterie EN-EL14a.
Mais il propose aussi un viseur optique légèrement plus grand, un écran arrière articulé et pivotant sur le coté de 8 cm (1 037 000 pixels) au lieu de 7,5 cm, un nouveau processeur EXPEED4 plus performant et économe et 30X plus rapide que son prédecesseur EXPEED3, des modules GPS et WiFi intégrés.
Le D5300 est disponible en gris ou en noir pour 900 € en kit avec le 18~55mm AFS G VR.

Le Nikon D610, annoncé en octobre 2013 remplace le D600 lancé il y a seulement un an.
C'est une évolution légère du Nikon D600 avec une cadence de prise de vues poussée à 6 images par seconde, contre 5,5 précédemment, un flash intégré, un mode silencieux dénommé QC en mode rafale (3 vps), et une meilleure gestion de la balance des blancs et des tons chairs. Le D610 possède aussi une nouvelle conception du système capteur/obturateur/rideau qui devrait éviter les problèmes du D600. Il conserve le même capteur CMOS full format (FX) de 24,3 millions de pixels (6016 x 4016 pixels) d'origine Sony, l'écran LCD 8cm (3,2") de 921.000 points et le processeur de traitement EXPEED 3.
La qualité d'image devrait rester superlative.
Il est proposé à 1900 € boîtier nu (octobre 2013).


D7100

Nikon D7100

Le Nikon D7100, présenté en février 2013, remplace le D7000 sorti il y a deux ans et demie.
Ce nouvel appareil possède un capteur CMOS 24,1 millions de pixels au format DX d'origine Toshiba sans filtre passe-bas optique, un flash intégré, un viseur couvrant 100% de l'image, un boitier résistant anti-ruissellement et anti-poussière avec des parties en magnésium, un processeur de traitement EXPEED 3, une plage iso de 100 à 6400 ISO extensible jusqu'à 25600 iso, un mode de prise de vue en rafale à 6 vps, une fonction de recadrage 1,3x, un double logement pour cartes mémoire SD, un système AF 51 points, une fonction vidéo Full HD (1920 x 1080) avec mise au point continue, un écran LCD 8 cm ou 3.2" (1229000 points) et est alimenté par une batterie EN-EL15.
il accepte aussi une poignée additionnelle MB-D15, les modules optionnels GPS et WiFi et possède une sortie HDMI.
Il est annoncé au prix de 1149€ boîtier nu ou 1349€ en kit avec le zoom 18-105 mm (février 2013).

D5200






Nikon D5200

D5200 avec écran arrière articulé et pivotant

Nikon D5200 avec écran arrière articulé et pivotant

Le Nikon D5200, présenté en novembre 2012, améliore et remplace le Nikon D5100.
Comme le Nikon D3200, il a un capteur CMOS 24,2 millions de pixels au format DX d'origine Toshiba, un flash intégré, un mode d'enregistrement de vidéos en Full HD 1080p30 avec autofocus actif jusqu’à 60 images par secondes, une entrée micro stéréo, une sensibilité de 100 à 6400 ISO (extensible jusqu'à l'équivalent de 25 600 ISO).
Comme le D5100, il a un écran arrière articulé et pivotant sur le coté de 7,5 cm (920 000 pixels) avec un angle de visualisation de 160°, des modes scènes et effets spéciaux, une batterie EN-EL14. Comme le D70000, il a un système autofocus 39 points et un capteur RVB de 2016 photosites. Le processeur EXPEED3 permet 5 images/secondes.
Il reçoit les modules optionnels WiFi WU-1A qui est capable d'échanger des flux vidéo avec un smartphone et GP-1 pour les données GPS.
Il est disponible en noir, rouge ou chocolat.
Le prix du D5200 en kit avec le 18~55mm AFS G VR est fixé à 879 € (janvier 2013).

D600

Nikon D600

Présenté à la Photokina en septembre 2012, le Nikon D600 offre un capteur CMOS full format (FX) de 24,3 millions de pixels (6016 x 4016 pixels) d'origine Sony.
Il est très compact et reprend l'architecture du D7000 avec une visée à 100%, un boîtier en alliage de magnésium avec un flash intégré, un écran LCD 8cm (3,2") de 921.000 points.
Il a un processeur EXPEED 3, une plage de sensibilité de 100-6400 ISO (extensible de 50 à 25600 ISO), un système AF 39 points Multi-CAM4800, un mode High Dynamic (HDR), un mode de prise de vue silencieux, un traitement A/N sur 14 bits et un traitement d'image sur 16 bits, la compatibilité avec les objectifs Nikkor AI, la reconnaissance des visages et le D-lighting, un horizon virtuel électronique à deux axes, un double logement pour cartes SD. Il prend des vues à 5,5 images/seconde et est alimenté par une batterie lithium-Ion EN-EL15 ou une poignée alimentation MB-D14 optionnelle.
La partie vidéo propose une fonction D-Movie avec mode multizone pour des vidéos Full HD 1080p/30/25/24 avec 2 modes possible de recadrage FX et DX, un mode de prise de vue Accéléré, une sortie non compressée à travers le port HDMI.
L'utilisation du transmetteur pour mobile WU-1b en option permet de commander l'appareil photo ou d'envoyer les photos via une liaison sans fil avec un périphérique mobile : smartphone ou tablette Android ™ et IOS ™.
Annoncé à 2100 € (septembre 2012), le Nikon D600 constitue le boîtier plein format le plus abordable toute marques confondues pour les amateurs experts ou professionnels.

D3200

Nikon D3200

Le Nikon D3200, présenté en avril 2012, reprend l'architecture du Nikon D3100 qu'il complète mais ne remplace pas dans un premier temps.
Ce nouvel appareil entrée de gamme possède un capteur Nikon CMOS 24,2 millions de pixels au format DX, un mode d'enregistrement de vidéos en Full HD 1080p30 avec autofocus actif, une entrée micro stéréo, un écran arrière de 7,5 cm et environ 920 000 pixels avec un angle de visualisation de 160°, une sensibilité de 100 à 6400 ISO (extensible à 12800 Iso), un système autofocus 11 points. Le processeur EXPEED3 permet 4 images/secondes.
Il reçoit le module optionnel WiFi WU-1A qui est capable d'échanger des flux vidéo avec un smartphone.
Il est disponible en noir ou en rouge.
Le module WU-1A est en vente pour 60 € et le D3200 en kit avec le 18~55mm AFS G VR est en vente pour 699 € (avril 2012).

module optionnel WiFi WU-1A

module optionnel WiFi WU-1A

D800

Nikon D800

Présenté un mois après le D4 en février 2012, le Nikon D800, destiné aux amateurs experts/professionnels, remplace le D700, sorti en 2007, et offre un capteur CMOS full format (FX) de 36,3 millions de pixels (7.360 x 4.912 pixels) d'origine Sony, dépassant ainsi le D3X.
Il reprend l'architecture du D700 avec un prisme HP plus grand pour une visée à 100%, un boîtier en alliage de magnésium avec un flash intégré et une poignée alimentation MB-D12 optionnelle.
Il a aussi une plage de sensibilité de 100-6400 ISO (extensible de 50 à 25600 ISO), un capteur de 91,000 pixel pour l'exposition, la balance des blancs, l'exposition flash, la reconnaissance des visages et le D-lighting, un logement pour deux cartes : CF et SD, plus classique que la XQD.
La partie vidéo propose le 1080p/30/25/24 avec 2 modes possible de recadrage, contre 3 sur le D4, et une sortie non compressée à travers le port HDMI, le nouveau processeur EXPEED 3, une sortie USB3 et une batterie lithium-Ion EN-EL15. Il prend des vues à 4 images/seconde et 6 avec la poignée alimentation MB-D12.
Annoncé à 2900 € (mars 2012), le Nikon D800 constitue un boîtier professionnel complet plus léger, plus abordable et avec une meilleure définition que le D4, mais avec une haute sensibilité ISO moindre.
Le Nikon D800E est identique au D800 excepté le filtre passe-bas qui est supprimé pour une meilleure résolution. Il est annoncé à 3200 € (mars 2012).

D4

Nikon D4

Le Nikon D4, annoncé en janvier 2012, remplace le D3s, mais pas le D3x.
Il possède un nouveau capteur Nikon Plein Format CMOS de 16,2 millions de pixels, une cadence de 10 images par seconde avec AF et AE, 11 images par seconde avec mise au point et exposition gelées.
Il a une plage de sensibilité de 100-12,800 ISO (extensible de 50 à 204,800 ISO), un capteur de 91,000 pixel pour l'exposition, la balance des blancs, l'exposition flash, la reconnaissance des visages et le D-lighting, la possibilité de personnaliser deux boutons en face du boîtier pour régler l'ouverture pendant l'enregistrement vidéo. un logement pour deux cartes : CF et une nouvelle carte XQD.
La partie vidéo a été très fortement améliorée : 1080p/30/25/24 avec une sortie non compressée à travers le port HDMI. Nouvelle batterie EN-EL18 (capacité de 21.6Wh pour 2600 vues norme CIPA).
Le D4 est compatible avec le nouvel émetteur WiFi Nikon WT-5 et a une prise Ethernet intégrée à la camera.
Il a aussi un autofocus étendu à 51 points : La détection AF va jusqu'à EV-2.0 (Le D3s va à EV-1).
Il est proposé au prix de 5.800 € (février 2012) boîtier nu.

D5100

Nikon D5100


carte du D5100

Nikon EXPEED 2 avec 3GB Samsung et carte 128 Mb parallel flash memory

Présenté en avril 2011, le Nikon D5100 remplace le D5000 avec un boîtier plus compact. Il a aussi un écran LCD 3" (920.000 points) mais orientable sur le coté.
Il emprunte au D7000 son capteur d'image CMOS de 16,2 millions de pixels d'origine Sony, le processeur de traitement EXPEED 2, une plage iso de 100 à 6400 ISO extensible jusqu'à 25600 iso, une fonction vidéo Full HD (1920 x 1080) avec mise au point continue.
It a aussi un autofocus à 11 points (avec suivi 3D), un mode d’image HDR (High Dynamic Range), des filtres créatifs tant en photo qu'en vidéo, ainsi qu'un nouveau micro stéréo ME-1, l'accessoire GPS et possède une sortie HDMI. Il reçoit la batterie EN-EL14.
Il est annoncé au prix de 719 € boîtier nu ou 819 € en kit avec un zoom 18-55mm VR (avril 2011).
Le micro stéréo externe ME-1 est lui proposé au prix de 139 € (avril 2011).





micro stéréo ME-1

micro stéréo ME-1


D7000

Nikon D7000


D3100

Nikon D3100

Présenté à la Photokina 2010, le Nikon D7000 remplace le D90. Il possède un boîtier compact en alliage de magnésium avec des joints étanches, un capteur d'image Nikon CMOS de 16,2 millions de pixels, un flash intégré, un viseur couvrant 100% de l'image, un processeur de traitement EXPEED 2, une plage iso de 100 à 6400 ISO extensible jusqu'à 25600 iso, un double logement pour cartes mémoire SD, un système AF 39 points, une fonction vidéo Full HD (1920 x 1080) avec mise au point continue, un écran LCD 3" (920.000 points), une nouvelle batterie EN-EL15.
il accepte aussi l'accessoire GPS et possède une sortie HDMI. Il est annoncé au prix de 1149€ boîtier nu (septembre 2010).

Le Nikon D3100, sorti en août 2010, est le nouvel entrée de gamme Nikon qui remplace le best-seller D3000. C'est le premier reflex numérique Nikon à permettre l'enregistrement de vidéo full HD en 1080p et cela avec un mode autofocus actif. Il offre également un mode Live-View, un nouveau capteur CMOS de 14.2 millions de pixels, un nouveau processeur de traitement d'images EXPEED 2, un écran arrière LCD 3" (230.000 points), une plage de sensibilités de 100 à 3200 ISO (extensible jusqu'à 12800 iso) ; il accepte aussi l'accessoire GPS et possède une sortie HDMI.
Il est proposé au prix de 599 € avec le zoom Nikkor AF-G 18-55mm VR (août 2010).


Nikon D3s

Présenté en octobre 2009, le Nikon D3s est une actualisation du D3 avec un nouveau Nikon CMOS de 12,1 millions de pixels, une plage de sensibilités de 200 à 12 800 ISO extensible jusqu'à la sensibilité record de 1002400 iso, une fonction vidéo de 720p HD. Les principales fonctions du D3 restent inchangées.
Il est proposé au prix de 5.200 € (octobre 2009) boîtier nu.

D3000

Nikon D3000

D300s

Nikon D300s

Le Nikon D3000, sorti en août 2009, est le nouveau reflex numérique d'entrée de gamme de Nikon. Il remplace le D60 et hérite de son capteur 10.2 millions de pixels au format DX d'origine Sony et de la cadence de 3 vps. Il possède en plus un écran LCD de 3 pouces et le système autofocus 3D de 11 points.

Le Nikon D300s, également sorti en août 2009, est une évolution du D300. Il garde les mêmes caractéristiques : le capteur CMOS 13.1 millions de pixels au format DX, le même écran LCD 3" (920.000 points), le système de nettoyage du capteur, l'autofocus 3D 51 points, la sensibilité Iso de 200-3200 iso (jusqu'à 6400) et le processeur d'image Expeed. Le D300s apporte de nouvelles fonctions : une vidéo de 720p HD, avec mise au point automatique active en enregistrement, un logement pour une carte SD en complément de celui pour la carte CF, une cadence de prise de vue plus rapide (7vps, contre 6 vps), une prise pour microphone extérieur, un nouveau bouton 'OK' au milieu de la molette de sélection, D-Lighting. Enfin il a un mode silencieux d'entrainement et l'affichage possible d'un horizon artificiel.

D5000

Nikon D5000

D5000 avec écran orientable

Nikon D5000 avec écran orientable

Le Nikon D5000, sorti en mai 2009, reprend le capteur CMOS de 12,3 millions de pixels d'origine Sony, le traitement Expeed des hautes sensibilités et le module autofocus 11 collimateurs du Nikon D90 dans un châssis et un viseur "type Nikon D60".
Comme le D90, il possède aussi un mode Vidéo HD 720p à 24i/s mais sans AF en cours de tournage vidéo.
Il a aussi un dispositif antipoussière double (par vibration piézo du filtre passe-bas devant le capteur et par "capture" des poussières pendant l'exposition par grille d'aspiration à effet venturi) et un écran orientable 6,8cm et 230.000 points avec un axe de pivotement au centre du boîtier.
Tout ceci est complété par un mode Live View avec AF “contraste” et détection/suivi des visages, 19 modes scènes et des filtres dont un nouveau adoucissement des détails (filtre "Soft").
Pour le reste, comme le D60, Il utilise une carte SD-HC, la fonction autofocus n’est assurée qu’avec les objectifs Nikon AFS et le flash intégré à mesure iTTL ne permet pas le mode Pilote de flashs externes.
Il est vendu 735 € boîtier seul (mai 2009).


Nikon D3x

En décembre 2008, Nikon met à jour son vaisseau amiral avec le Nikon D3x qui conserve le même design et les fonctions que le D3 mais qui est construit autour d'un capteur CMOS plein format (FX) de 24,5 millions de pixels. Ce capteur est d'origine Sony (le même que celui du Sony Alpha 900) mais sur 14 bits.
Le D3x peut aussi être utilisé en format DX (avec une limitation à 10 millions de pixels).
Il est proposé au prix de 7500 € (janvier 2009) boîtier nu.

Nikon D90

Présenté avant la Photokina 2008, en août, le Nikon D90 est un boîtier pour experts qui remplace le D80 sorti, il y a juste deux ans. Le D90 possède un nouveau capteur CMOS APS-C de 12.9 millions de pixels (12,3 millions effectifs), d'origine Sony avec un système interne de nettoyage par vibration. Il hérite du même écran de 3 pouces et 920,000 pixels (VGA x 3 couleurs) que le Nikon D3 et D300.
Cet écran permet la fonction Live View avec mise au point automatique mais aussi une première mondiale pour un reflex numérique, la prise de vidéo Haute Définition en Motion-Jpeg à 1280 x 720 (720p) 24 vps avec un son mono. C’est la possibilité d’effectuer des films HD sans fonction AF mais avec toutes les possibilités et réglages des optiques interchangeables (télézoom, objectif macro, fish-eye) et ce avec un grand capteur. Le D90 possède une sortie HDMI.
Il accepte les cartes SDSH et permet 4,5 vues par secondes en continu (buffer : 7 RAW, 25 JPEG fine, 100 JPEG Normal).
Il est vendu 1000 € boîtier seul (septembre 2008) ou en kit avec le nouveau zoom 18~1055mm AFS-G VR avec dispositif anti-bougé pour 1200 € (septembre 2008).

Nikon D700

Présenté début juillet 2007, le Nikon D700, destiné aux amateurs experts/professionnels, reprend l'architecture du D300 avec un prisme HP plus grand pour une visée à 95% (100% pour le D3 et D300) utile pour le capteur Nikon CMOS full format (FX) de 12,1 millions de pixels hérité du D3 et associé au processeur EXPEED.
A ce dernier il emprunte aussi les 51 collimateurs du capteur AF Multicam 3500FX, le système de mesure 1,005-Pixel 3D Color Matrix Metering II, une sensibilité de 200 à 6.400 ISO en standard avec possibilité de 12.800 et 25.600 ISO en H et deux modes Live View avec AF par détection de phase sur l'écran de contrôle 7,6 cm de 920 000 pixels.
Il possède en plus du D3 : le flash intégré avec pilotage des flashs distants sans accessoire (le nouveau SB900 par exemple), un système anti poussière, le quadrillage dans le viseur par fonction logicielle, un niveau électronique ("horizon artificiel") en mode Live View mais avec une cadence moins élevée (5 images/s et 8 images/s avec la poignée MB-D10). Il possède un seul port pour carte CF.
Annoncé à 2599 € (juillet 2008), le Nikon D700 constitue un boîtier professionnel complet plus léger et abordable que le D3.

Nikon D60

Présenté à la PMA 2008 en février, le Nikon D60 reprend l'architecture, le capteur du Nikon D40x qu'il remplace.
Ce nouvel appareil est le futur best-seller de Nikon et vise à conserver la place 2007 de numéro un de Nikon sur le marché des reflex numérique au Japon. Comme le D40x, il possède un capteur de 10,2 millions de pixels d'origine Sony, les mêmes dimensions et poids (471 grammes). La fonction autofocus n’est assurée qu’avec les objectifs Nikon AFS. Il utilise la carte SD mais propose en plus un système anti- poussière, un mode de visée en temps réel et la fonction « Film d'animations » à partir d'images fixes.
Le kit avec le nouvel objectif 18~55mm AFS G VR avec dispositif anti-bougé est en vente pour 679 € (mars 2008).

Nikon D300

Présenté en même temps que le D3, le Nikon D300 est dédié aux amateurs experts par son capteur CMOS APS-C CCD de 12,3 millions de pixels d'origine Sony. Il complète le D200 dont le prix baisse.
Excepté son capteur, il reprend la plupart des innovations du Nikon D3 et est en plus équipé d'un système anti-poussière. Il comprend ainsi une gestion des couleurs améliorée, un moniteur ACL de 3 pouces et de 2 modes de visée en temps réel LiveView plus une sortie vidéo HDMI. Le nouveau processeur de traitement d'images EXPEED associé au nouveau système AF Nikon à 51 points permet 6 vues par seconde et une sensibilité jusqu'à 3200 ISO.
Il est proposé au prix de 1.900 € (novembre 2007) boîtier nu.

Nikon D3

Présenté en août 2007, le Nikon D3 est dédié aux professionnels. C'est le premier reflex numérique Nikon disposant d'un capteur Nikon CMOS full format (FX) de 12,1 millions de pixels, mais autorisant l'utilisation du format DX et même 5:4 (30 x 30 mm). Ce capteur doit délivrer une image de très grande qualité et les progrès enregistrés en termes de buffer et sa cadence de 9 vps. en FX et 11 vps. en format DX permettent à Nikon de proposer un seul boîtier polyvalent et non plus des versions X ou H.
Le D3 possède aussi une nouvelle mesure matricielle et un nouveau système AF à 51 points, des fonctions optimisation images D Lighting et de reconnaissance des scènes, une prise HDMI, un double slot pour cartes CompactFlash TM UDMA et une visée temps réel avec AF sur écran de contrôle 7,6 cm de 920 000 pixels.
Le D3 peut recevoir un module WiFi (WT-4) et est compatible avec les GPS et l’authentification d’image. Il reçoit la batterie EN-EL4a et voit son autonomie améliorée par rapport à son prédécesseur.
Il est proposé au prix de 5.200 € (novembre 2007) boîtier nu.




Nikon D40X

Nikon D40X


Nikon D40

Nikon D40



Nikon D80

Nikon D80

Nikon a présenté à la PMA 2007 l'actualisation du Nikon D40. Le Nikon D40x possède un capteur 10,2 millions de pixels d'origine Sony. La sensibilité ISO passe à 1600 Iso (“Hi” 3.200 ISO), la synchro-X au 1/200s et la cadence moteur à 3 i/s au lieu de 2, il peut enregistrer jusqu’à 100 vues Jpeg en continu. Les autres caractéristiques sont identiques au modèle de base. En mars 2007, Il est proposé au prix de 830 € en kit.

Le Nikon D80, présenté avant la Photokina 2006, est destiné à un plus large public et remplace le D70 avec un bouton de prévisualisation de la profondeur de champ et un contrôle i-TTL des flashs sans fil. Il possède le même écran arrière de 2,5" et le même capteur APS-C CCD de 10,2 millions de pixels d'origine Sony que le D200 mais la carte SD, le boîtier et le capteur matriciel couleur 420 pixels RVB proviennent directement du D50.
Il est proposé au prix de 1.000 € (septembre 2006) boîtier nu.

Le Nikon D40, disponible fin 2006, est un petit reflex numérique extrêmement compact, qui utilise le même capteur de 6 millions de pixels d'origine Sony que les D50 et D70. S’il garde la mesure d’exposition matricielle et le flash i-TTL, le boîtier est dépourvu de moteur de mise au point, ce qui signifie que la fonction autofocus n’est assurée qu’avec les objectifs Nikon AFS. Il utilise la carte SD, L'interface s'effectue uniquement via l'écran arrière de 230.000 pixels, Il possède un nouvel accu compact (1.000 mAh EN-EL9). En novembre 2006, Il est proposé au prix de 630 € en kit avec le nouveau zoom AF-S DX ED 18-55 f/3,5-5,6 G-II. A la fin de sa production, il est soldé moins de 200 € en kit (décembre 2009).


Nikon D50

Nikon D50

Nikon D70s

Nikon D70s

En avril 2005, Nikon a présenté deux nouveaux DSLR : le Nikon D50 est le nouveau reflex d'entrée de gamme de Nikon. Il comporte un capteur 6,2 Millions de pixels, est très compact et accepte des cartes SD. Il était vendu 950 € en kit en avril 2005.
.

Le Nikon D70s est une évolution du best-seller D70, un million d'appareils vendus en un an et qui se différencie par une nouvelle batterie EN-EL3a, une couverture du flash intégré jusqu'au 18mm, un écran agrandi de 2" au lieu de 1,8" et une prise jack pour la télécommande. Il était vendu 1.200 € en kit en avril 2005.

Nikon D200

Présenté en novembre 2005, le Nikon D200 est dédié aux professionnels et aux amateurs experts par son capteur APS-C CCD de 10,2 Mégapixels d'origine Sony. Il remplace le D100 et est le concurrent du Canon EOS 5D. Il accepte les objectifs AI-S, possède un flash intégré avec le mode i-TTL sans fil, un large écran de 6,4 cm et un autofocus sur 11 zones par le module Multi-CAM2000.
Il est proposé au prix de 2.000 € (décembre 2005) ou à 3.000 € en kit avec le zoom AF-S VR 18~200 mm.


En juin 2006 Nikon a actualisé le Nikon D2X en Nikon D2Xs, lequel dispose d'une vingtaine d'améliorations : le masquage partiel de la visée en mode cadence ultra (8 vps), le moniteur ACL optimisé comme sur le D200, la fonction de recadrage, le mode noir et blanc et une nouvelle batterie lithium-ion EN-EL4a permettant d'atteindre 3400 photos par charge. Il était vendu 5.000 € en juin 2006.


Nikon D70

Nikon D70



Nikon D2X

Nikon D2X

Présenté à la Photokina 2004, Le Nikon D2X est commercialisé depuis début 2005. Il reprend l'architecture du D2H mais possède un capteur 12,4 Millions de pixel d'origine Sony et de nombreuses améliorations. Il a alors un coefficient de 1,5 X et peut prendre 5,5 vues par seconde mais un second mode n'utilise que 6,8 millions de pixels et pour un coefficient de 2X permet alors 8 vues par seconde pendant 40 vues.
Il était vendu 4.600 € en septembre 2004.

Disponible depuis fin mars 2004, Le Nikon D70 est la réponse de Nikon au Canon 300D. Il reprend un design proche du D2H et le capteur du Nikon D100 d'origine Sony pour un prix agressif de 1000 € boîtier nu. Comme son concurrent, il peut être acheté en kit avec un zoom Nikkor DX 17~70 mm (équivalent à 28~105 mm en format 135).
Il était vendu 1.350 € en kit en janvier 2004.


                             Nikon D2H

Présenté en juillet 2003, le Nikon D2H constitue la nouvelle référence pour les reporters et photographes d'actions. Autour d'un capteur LBCAST Nikon de 4,1 millions de pixels spécialement conçu par Nikon, le D2H, avec son design original dû à Giugiaro, comporte de nombreuses innovations. Il permet de prendre 40 vues consécutives à 8 images/secondes. Il possède un autofocus large à 11 zones et des fonctions numériques optimisées, comme la balance des blancs, le détecteur d'orientation, la possibilité de transmettre les images immédiatement à l'aide d'un module WiFi intégré (voir image du dos ci-dessus). Pour plus d'information, voir sa description détaillée. Il était vendu 4.100 € en juillet 2003.
A la PMA 2005 Nikon a actualisé le Nikon D2H en Nikon D2Hs lequel dispose des améliorations apportées par le D2X (écran 235 000 pixels, Wifi g, USB 2 ...) et permet maintenant de prendre 50 vues consécutives en jpeg, ou 40 en RAW à 8 images/secondes. Il était vendu 3.200 € en février 2005.

Nikon D1X

Nikon D1X

 Nikon D1H

Nikon D1H

Présenté à la PMA en février 2001, Le Nikon D1H est une amélioration du D1, qu'il remplace, il permet la prise de vue en séquence (jusqu'à 40 vues à 5 images/s) ainsi qu'un transfert des données et des images plus rapides tant vers la carte CF que vers l'ordinateur (transfert par IEEE1394). Il devient la norme pour les professionnels et photographes de presse pour lesquels la vitesse est absolument essentielle. Il était vendu 4.000 € en février 2001.

Présenté en même temps, Le Nikon D1X possède un capteur de 5.47 million pixels qui conserve la même surface physique que le capteur 2,74 million pixels. Il permet d'obtenir des images en très haute résolution de 3,008 x 1,960 ou de 2,000 x 1,312 pixels. La gestion des couleurs a été améliorée. Une version améliorée du logiciel Nikon Capture favorise le traitement des images et permet d'avoir accès aux fichiers RAW. Il était vendu 7.500 € en février 2001.
La liaison avec le PC s'effectue aussi par une prise Firewire IE13944.

Nikon D100

Présenté à la PMA 2002, le Nikon D100 est construit sur la base d'un Nikon F80 (comme le Fuji S2 Pro, présenté en même temps).

Par son prix de 2.600 € (février 2002) et ses performances, il constitue un appareil intéressant pour les professionnels et les amateurs experts. Son capteur 6,31 millions de pixels d'origine Sony permet de stocker des images de 3.008 x 2.000 pixels en mode RAW, Tiff ou jpeg sur des CompactFlash I ou II ou des MicroDrive IBM.

Il se connecte via une liaison USB et est décrit de façon plus détaillée dans le compte-rendu de la PMA 2002


Nikon D1

Cet appareil, Le Nikon D1 a été présenté en février 99 et est disponible depuis octobre 1999.
Il reprend les lignes du Nikon F100 et du F5.
Il constitue le premier appareil d'une nouvelle série de reflex professionnel et offre une réponse plus légère (et meilleure marché) aux exigences des professionnels. La compatibilité avec le système Nikon est importante. Il possède un capteur de 2,74 million pixels.
Il était vendu 5.200 € en juin 1999.

Il est décrit de façon plus détaillée dans le bulletin 9



L'historique des boîtiers Nikon.
1 Les premiers boîtiers analogiques Nikon

Nikon SVC 1986

Nikon SVC 1986

Nikon s'est intéressé à la photo numérique dès 1986, en présentant à la Photokina, un prototype opérationnel d'appareil photo reflex numérique (Still Video Camera) fabriqué par Panasonic : le Nikon SVC.
Cet appareil en plastique gris deux tons dont les lignes préfigurent un peu le Nikon F801 qui sortira deux ans plus tard, est construit autour d'un capteur 2/3" CCD de 300 000 pixels. Les signaux lumineux captés par le CCD, sont convertis en tension dont la valeur est continue et, à la différence des appareils numériques d’aujourd’hui, ne sont pas échantillonnés en « bits ». Ces tensions sont ensuite enregistrées sur une disquette magnétique de 2’’ de diamètre. Cette disquette permet d'enregistrer 25 ou 50 images noir & blanc, suivant la définition. La même disquette sera utilisée par le Canon Ion, premier appareil numérique grand public.
C’est parce qu’il n’y a pas de conversion tension-bits que cet appareil gardera l’appellation « électronique » ou "analogique" et non « numérique ».
Le petit format du capteur a amené à l'adoption d'une monture spécifique, les objectifs F pouvant être montés à l'aide d'un adaptateur.
Deux objectifs étaient prévus 6mm/1,6 et 10~40mm/1,4.

En 1988 Nikon commercialise son premier appareil numérique "analogique" le Nikon QV-1000C.
Cet appareil est assez proche de celui présenté à la Photokina deux ans plus tôt. Le capteur est un 2/3" CCD avec une résolution de 380 000 pixels et l'enregistrement est toujours "analogique". L'obturateur peut atteindre le 1/2000 de seconde, quatre modes d'exposition sont possibles, une sensibilité de 400 à 1600 iso et il peut atteindre 20 photos par seconde (au 1/1000).
Trois types de définition d'image sont possibles. L'enregistrement est toujours en analogique sur une disquette de 2 pouces. La monture, baptisée QV est spécifique ainsi que les deux zooms : le QV Nikkor 11-120mm f/4, qui couvrait l’angle de champ d’un 43-500mm en 24x36 et le QV Nikkor 10-40mm f/1.4, équivalent à un 40-150mm et qui avait une position macro à 10cm. Cet objectif est sans doute le même que celui du premier SVC.
Le Nikon QV-1000C pèse 1,5 kg avec son objectif standard.
Deux exemplaires du Nikon QV-1000C sont visibles en France, le premier a été offert par Nikon au Musée de la photographie à Bièvres, l'autre est à l'Espace Nikon, 88 boulevard Beaumarchais à Paris (en 2009).
Un nouveau 'transmitter' le QV-1010T permet de transmettre les images de la disquette par une ligne téléphonique ou de les visualiser sur un poste de télévision NTSC ou de les imprimer.


Nikon QV1000c

Seuls quelques exemplaires de ce modèle semblent avoir été construits à des fins d'évaluation.
Nikon présente avec cet appareil, le Nikon Telephoto-Transmitter NT-1000A qui est un scanner de diapos 24*36 couplé à un émetteur (transmission par ligne RTC).
Ce Nikon NT1000A de 12 kg permet l'acquisition et la transmission aux agences de presse des photos prises par les reporters. Il est interfaçable avec un micro-ordinateur à l'aide du Nikon Monitor Printer NW-100.
La documentation précisait : Nikon entrevoit son appareil photographique vidéo en tant que composant électronique complexe destiné premièrement (provisoirement) à l'illustration de presse.


Nikon floppy disc VF10

floppy disc 2" VF10


Nikon D1 prototype 1993

Nikon D1 prototype 1993

Il est également intéressant de noter qu'en 1993 durant la Newspaper Exposition ('NEXPO') à la Nouvelle-Orléans, Nikon a présenté un «modèle D1», qui a une très forte ressemblance avec la Série E. Ce boîtier à un capteur de 560 000 pixels (1088 x 480), une gamme de vitesse d'obturation de 1/8 s à 1/2000 s, et une prise de vue rapide à 1,7 images par seconde. Ce prototype a vraisemblablement servi de base pour les modèles de la série E construits plus tard en collaboration avec Fuji Film. Le boîtier final E2 ayant une résolution de 1,3 millions de pixels (1280 X 1000).

Source: "Nikon Hand Book" de Peter Braczko

 

2 Les boîtiers numériques DCS Kodak sur base Nikon

Kodak a été un pionnier dans la fabrication et commercialisation des appareils reflex numériques et a lancé, depuis 1991, de nombreux modèles dénommés Kodak Professional DCS

Ces appareils sont construits à partir de capteurs CCD développés par Kodak sur la base de boîtiers Nikon, d'abord F801 puis F90 et 90x et enfin F5.
Quand Kodak décide de baser ces nouveaux modèles DCS Professional sur la base du Canon EOS 1, il est temps pour Nikon de revenir sur le marché.

En 2003, Kodak présente un reflex plein format 24x36, abandonne la commercialisation de ces anciens boîtiers et remplace ses capteurs CCD par un capteur CMOS de 14 millions de pixels. Le boîtier Kodak DCS 14 pro reprend des éléments des F80 et F100 et accepte les objectifs Nikon. Il complète par le haut l'offre Nikon Pour en savoir plus sur les Kodak DCS sur base Nikon, consulter la page sur ces modèles

 

3 Les boîtiers numériques Nikon en collaboration avec Fuji




Nikon E2


Le système Nikon E2

 En 1994 Nikon sort le Nikon E2.
Cet appareil a été développé en collaboration avec Fuji qui a fourni le capteur 2/3" CCD de 1,3 millions de pixels. C'est le premier appareil à être vendu sous la barre des 100 000 F. Il est entièrement compatible, grâce à un système de lentilles internes, avec le système Nikon 24x36 (objectifs, TTL flashes accessoires). Il dispose d'une mesure matricielle à cinq segments, d'une balance de blanc automatique, de stockage sur PCCard I ou II, de plusieurs modes d'exposition et de finesse d'images, d'un mode rafale (3 images/seconde pendant sept vues) pour le modèle E2s.
Le modèle équivalent Fuji est appelé DS505.


Nikon E3


En 1996, cet appareil est légèrement amélioré et devient le Nikon E2n (Fuji DS515).

In 1998, Nikon présente les Nikon E3 et Nikon E3s, toujours co-développés avec Fuji Photo Film , qui présentent un prix de vente inférieur à celui de leur prédécesseur et qui ont un capteur CCD de 1.4-million de pixels (1,364 x 1,032)- ce qui autorise une haute définition de 1,280 x 1,000 pixel.
Les deux caméras permettent une prise de vue de 1 vue/sec. La mémoire du E3s permet d'atteindre 12 vues consécutives à la vitesse de 3 vues / sec.
Le modèle équivalent Fuji est appelé DS560.

 

4 Les boîtiers numériques Fuji sur base Nikon


Fuji S1 Pro

A la PMA de février 2000, Fuji présente seul le Fuji S1 PRO, développé sur la base d'un Nikon F60.
Il comporte un capteur de 6,1 million de pixels pour des images de 3040 x 2016 pixels.
Ce capteur a un rapport de 1,5 comparé au 24X36.
Il utilise des cartes SmartMedia ou Compact Flash (dont le microdrive IBM de 340 Meg).
Il était vendu 4.200 € en janvier 2000.


Fuji S2 Pro

Deux ans après, à la PMA 2002, Fuji présente le Fuji S2 PRO, développé cette fois sur un Nikon F80.
Ce boîtier accepte toutes les optiques AF-D et AF-S, à moteur interne.
Il possède un nouveau capteur 6,1 millions de pixels (de 15,5 x 23 mm) qui délivre des images de 4.256 X 2.848 pixels. Il accepte les cartes SmartMedia et les CompactFlash (y compris les microdrives IBM de 1 Go).Les images peuvent être transférées à un PC par liaison Firewire IEEE1394 ou USB. Il est possible de piloter le boîtier S2 Pro à partir de la connexion Firewire.).
Il était vendu 2.500 € en janvier 2002.

Fuji S3 Pro

Fuji S3 Pro



Deux ans après, à la PMA 2004, Fuji présente le Fuji S3 PRO, développé encore une fois sur un Nikon F80 mais avec un design arrondi et un grip vertical intégré.
Il possède un nouveau capteur Super CCD de 4ème génération avec 6.17 million S-pixels et 6.17 million R-pixels (12.3 million photodiodes effectives) pour délivrer des images de 12 million pixels. Ce boîtier accepte des XD-Picture Card™ et des Compact Flash Type I/II (y compris Microdrive™) .
Cet appareil a un écran arrière de 2" et 235,000 pixels et des interfaces IEEE1394 et USB 2.0.).
Il était vendu 2.300 € en février 2004.

Fuji S5 Pro Fuji IS Pro

Fuji S5 Pro                                        Fuji IS Pro

Deux ans après à la Photokina 2006, Fuji présente le Fuji Finepix S5 PRO développé cette fois sur la base d'un Nikon D200. Le nom S4 Pro n'a pas été retenu par Fuji pour des raisons de superstition car le chiffre 4 est supposé porter malheur en Asie.
Il possède un capteur Super CCD SR de 12,34 Millions de pixels répartis en 6.17 million de 'S photodiodes' (normal DR) et 6.17 million de 'R photodiodes' (hautes lumières DR). Le boîtier hérite des qualités du D200 y compris les possibilités de connexions WiFi et y ajoute des fonctions de reconnaissance des visages. Le Fuji S5Pro sera disponible en février 2007 au prix de 2.000 €.

En 2007, Fuji lance, pour le marché US uniquement, le Fuji Finepix IS Pro. Cette camera est un S5 Pro avec un filtre CCD modifié et est sensible aux lumières Ultraviolet et Infrarouge entre 380nm et 1000nm et remplace le reflex Fuji FinePix S3 Pro UVIR. Cette camera est conçue pour enregistrer la lumière non-visible et coute $2599 (nov 2007) boîtier seul. Il nécessite l'ajout d'un objectif traité Quartz UV pour une sensibilité maximum à l'ultraviolet.

pierre j.


Pour revenir à la page d'accueil, pour plus de précision sur les cameras Kodak DCS.

Pour nous faire part de vos remarques ou envoyer un message.


Les textes de cette page n'engagent que leur auteur et en aucun cas Nikon Corporation
Canon, Fuji, Kodak, Olympus, Nikon, Sony et Toshiba sont des marques déposées.
DCS, Ion, Nikkor sont des produits des marques pré-citées
Créé le 30 décembre 1997, Mis à jour le 28 août 2017
© Pierre J.